E Vaimā iti e,

Ùnaùna o Vaiùriri,

Ō a te Tumu Nui

Na te huaài o te fenua,

Vai ora, Vai moà, Vai uri rau,

Vai toè toè, Vai puna, Vai ateate,

A tau e A tau e.

Ia ora òe!

           

                                 

Louanges à Vaimā

O Vaimā chérie,

Offrande de l’Univers

Aux enfants du fenua,

Eau vivante, Eau sacrée, Eau multicolore,

Eau fraiche, Eau de source, Eau limpide

Pour l’éternité.

Nous te saluons !

Introduction & Tradition Orale

Photo rapprochée de la source Vaima

La rivière Vaimā est un petit cours d’eau renommé pour la limpidité et la fraicheur permanente de son eau. La proximité de ses sources situées à une centaine de mètres du bord de la route de ceinture en fait un lieu très fréquenté par la population de Tahiti. Sa réputation ayant franchi les océans, il n’est pas rare d’y croiser des touristes de passage.

E ânavai iti tuìroo o Vaimā tere-pinepine–hia e te mau rātere, no te ateate e te toètoè o to na pape, e, no te fātata o to na mau puna e pihaa nei i te tumu o te mouà.

Les hīmene tārava et les paripari fenua, ces chants traditionnels du petit district de Mataiea où se situe cette merveilleuse rivière, ont de tout temps vanté ses qualités de fraicheur et de transparence et exalté son caractère exceptionnel, c’était le lieu où les corps étaient lavés et purifiés

Mai te tau o te mau tupuna to teie ânavai ârue-raa-hia, ei vāhi tāmāraa tino, i roto i te mau paripari fenua o Mataiea.

Fonction Thérapeutique

Au XXème siècle, certaines personnes racontent avoir été guéries spontanément après s’être immergées dans la source de Vaimā. Des témoignages recueillis  auprès de matahiapō racontent qu’aux alentours des années 1940, les malades affluaient par trucks entiers de toute l’île pour s’y faire soigner par un guérisseur traditionnel aidé d’un pasteur protestant. Plus près de nous, dans les années 90, un jeune garçon brûlé par l’explosion de feux d’artifices, après une année de soins médicaux intensifs, échappa à l’amputation après qu’il eût trempé sa jambe gangrénée dans l’eau de la source et que les anguilles l’eussent débarrassée des lambeaux de peau en putréfaction. Ses médecins traitants ne crurent jamais à la version de l’incroyable guérison «miraculeuse», ils étaient persuadés qu’un traitement médicamenteux fut appliqué sur la jambe malade. De nos jours beaucoup de tahitiens continuent à prendre des bains à Vaimā pour guérir  de leurs maladies en se purifiant le corps et l’esprit dans l’eau de la source.

Photo sous-marine de la source Vaima

I te tenetere i maìri ra, ua faatià mai te tahi mau matahiapō i te oraraa o to rātou maì  i roto te puna o Vaimā inaha hoì , ia au i te faatereraa a te hoê tahuà rāàu e te tahi òrometua aò tei tāumi ia rātou i roto i te puna ma te horoà atoà i te tahi ìrava ei taiòraa, ua òre roa te maì. Aita i maoro aè nei, ua ora atoà mai te âvae o te tahi tamaiti i pēpē-ìno-roa i te ahitiri. Maoti te paruraa o to na âvae i roto i te pape o Vaimā, i ora mai ai i te tāpūraa a te taote. A tae roa mai i teie tau, te tāmau–noa-ra vetahi i te rapaàuraa o to rātou maì i Vaimā.

Géomorphologie

For privacy reasons YouTube needs your permission to be loaded. For more details, please see our Politique de confidentialité.
I Accept

C’est une rivière alimentée par une source principale qui jaillit perpétuellement en trois endroits parfaitement visibles dans la rivière au pied d’une petite montagne ainsi que par un ruissellement extérieur qui surgit de la roche et alimente un petit bassin situé en amont et à gauche de la source principale. Selon les croyances locales, Vaimā serait une résurgence du lac Vaihīria  situé en amont. A 473 mètres d’altitude, au pied du mont Tetūfera, ce  paisible lac de montagne suscite encore un grand respect de la part de la population locale. La légende veut en effet qu’une immense anguille à oreilles nommée Faaravaìanuu, y régnait depuis des temps immémoriaux lorsqu’un jour il se lançât à la poursuite de Hina sa promise, enfuie loin de là, effrayée par l’idée d’épouser une anguille. Vaincu au cours d’un affrontement  avec son rival il fut à l’origine de l’apparition du premier cocotier sur terre. Les matahiapo du district aimaient à raconter l’histoire de la noix de coco entière jetée dans le lac, et retrouvée complètement débourrée à la source de Vaimā.

No roto mai te pape o teie ânavai i te tahi pihaaraa pūai mai raro roa i te fenua. Mai te mea ra, no roto mai  paha te pape o Vaimā i te roto o Vaihīria e tārava nei i te tumu o te mouà o Tetufera i te hoê teiteiraa 473 metera, tei riro na ei  nohoraa no  te puhi nui o Faaravaianuu, o ia tei riro ei tumu haari matamua roa i te ao nei. Te faatià nei te mau matahiapo o Mataiea e, ia taorahia te tahi ôpaa i roto i te pape o Vaihīria, e pipiha mai o ia i Vaimā, ma te puru òre i nià i te àpu.

Lieu d’Inspiration

Vaimā inspire les amoureux de la nature, c’est ainsi qu’en Février 2016, un jeune homme au tempérament solitaire a empilé des pierres les unes sur les autres de manière à constituer un paysage peuplé de monuments lithiques éphémères dont seuls les témoins présents ont pu garder un souvenir.

En effet, depuis les cailloux sont retournés à l’eau et Vaimā a retrouvé son aspect normal.

I te âvae Fepuare o te matahiti 2016, ua rave te hoê taureàreaà i te tahi mau paturaa ôfaì i Vaimā e ua riro roa te reira ohipa ei  maereraa na te mau rātere inaha hoì, e au atu ra teie mau paturaa ôfai teitei i te tahi nuu ôfaì e tià nei i roto i te pape ma te faaea- muhu- ore- noa. Ua faahoìhia ra teie mau ôfaì i to rātou vairaa i teie nei, e ìtehia rā te hōhoà o teie mau paturaa i nià i te rēni natirara i muri nei.

Photo de pierres dressées autour de la source Vaima

Cheminement de l’Eau

Pour mieux explorer cette rivière, je vous invite à vous transformer en une goutte de pluie qui après s’être posée très loin là- haut dans les montagnes, dégouline le long d’un tronc d’arbre et pénètre dans le sol jusqu’à ce qu’elle atteigne les profondeurs du socle basaltique et finisse  par se trouver un passage dans une faille souterraine ou un lava-tube qui lui permette de rejaillir à la surface terrestre de s’écouler lentement dans un petit bassin. Après ce long voyage dans les entrailles de notre Terre-mère, cette petite goutte d’eau se retrouve à la lumière du jour et coule vers l’embouchure pour rejoindre la mer. Mais tout au long de son voyage elle rencontre des pierres, des animaux, des végétaux qui forment le peuple silencieux de la rivière.

Photo du trou de la source Vaima
Photo du petit bassin à Vaima
Photo de Vaima qui rejoint la mer

No te hiopoàraa i te tereraa o teie ânavai iti, a faariro anaè ia tātou ei tōpata iti ua e maìri i uta i te peho moèmoè ra, o te tahe i nià i te repo o te fenua e i raro roa i te hohonuraa o te papa. I reira o ia e ìmi ai i to na èà no te mapiharaa mai i te maramarama, e tere atu ai i te muriavai no te ôuà atu i roto i te miti. I te roaraa o to tatou tere e farerei tātou i te mau mea e faaora nei i te ânavai.

La Source

Photo du centre de la source Vaima

Son eau fraîche jaillit de façon permanente et avec puissance entre trois énormes pierres qui veillent sur son débit depuis des temps immémoriaux. Les riverains racontent qu’à la pleine lune, une vahine tetea, esprit représenté par une dame vêtue de blanc, viendrait s’asseoir sur l’une de ces grosses pierres pour y peigner sa longue chevelure noire. Tout près de la source principale, deux autres petites résurgences bouillonnent de manière tout aussi remarquable mais avec beaucoup moins de puissance, elles contribuent à donner du volume au bain principal pour le grand bonheur des enfants qui peuvent ainsi plonger avec masque et tuba pour explorer la faune aquatique. A noter que  Vaimā  comme tous les petits cours d’eau alimentés par des sources, ne déborde jamais et n’est jamais affectée par la pollution terrigène durant la saison des pluies. C’est elle qui en dernier recours accueille les familles affectées par les coupures d’eau occasionnées par les intempéries. Les femmes y lavent alors leur linge et toute la famille y prend son bain quotidien avec savon et shampoing.

Lorsqu’on connait le goût des tahitiens pour la savonnette, on peut légitimement s’inquiéter de l’impact de ces détergents  sur la santé du milieu aquatique.

E pihaa to na pape toètoè i rotopū nā ôfaì rahi e toru e paruru nei ia na mai te tau o te mau tupuna mai ā. Te faatià nei te àài e, ia tae i te pō àtiraa âvaè, e ìtehia te hoê vahine teatea e pārahi ra i nià i te ôfaì pārahurahu i roto i te puna, i reira e pāhere o ia i to na rouru roroa èreère. I pihaì- noa- iho i te pihaa pape rahi, e pihaahaa atoà e piti nā puna iti o te haaputuputu atoà mai i roto i te vāhi hopuraa. E vai mā noa o Vaimā ia tae i te tau ua, eita to na pape e reru mais to te tahi atu mau tahora e tahe nei i roto i te mau faa. Ia pararī te mau âuri pape a te òire, e taìruru mai te mau ùtuāfare i reira no te pāpuàraa i te àhu aore rā no te horoi i to ratou tino ma te faaòhipa i te puà noànoà, te puà rouru; te tahi ia peu e tano ia haapaehia no te mea e faataèro o ia i te mau taoà ora o te ânavai.

Les Retenues d’Eau

Afin de créer de la profondeur à la rivière, les baigneurs ont aménagé  trois retenues au fil de l’eau, empilant les pierres trouvées sur place de manière à limiter l’écoulement de l’eau. Ce faisant, ils bénéficient de trois bassins où ils peuvent tranquillement plonger leur corps dans une eau fraiche et propre selon leurs besoins.

En remontant le muret de ciment jusqu’à son extrémité en amont de la grande source, une petite résurgence s’écoule silencieusement d’un lavatube et alimente ce joli petit bassin que dissimule la végétation; il sert de refuge aux adeptes de la méditation et à ceux qui recherchent un endroit calme  et discret pour se baigner.

Autour des sources, la retenue la plus profonde, la plus célèbre et de ce fait la plus fréquentée, contraste avec la tranquillité de sa sœur. Elle chante, déborde d’énergie et communique sa vitalité aux enfants qui crient, sautent, et s’imprègne de ses vibrations.

A l’embouchure, le petit bassin ombragé et peu profond convient aux parents qui préfèrent s’asseoir et papoter à l’ombre du tumu tou, surveillant d’un œil bienveillant leur progéniture qui s’ébat dans l’eau.

E toru haapahuraa pape ta te taata i patu i te roaraa o te ânavai o Vaimā.

A tahi, i uta i te hoê vahi moèmoè rii i reira te pape e māpiha mai roto mai i te hoê âpoo iti.

A piti, i tai mai i te mau puna rahi e pihaahaa noa ra, e mea huru hohonu aè no te taata ia hopu.

A toru, i te muriāvai, i raro mai i te tumu hotu e te tumu tou.

Le Vieux Pont

Photo du vieux pont routier à Vaima

Autrefois, de simples murets  en ciment sans prétention, érigés en travers du cours d’eau servaient de siège aux visiteurs et de sautoir aux plongeurs.

Le pont actuel refait au cours des années 1980 dans le style colonial qui caractérisait les constructions religieuses protestantes de l’époque, souffre d’un manque d’entretien, ses balustres qui donnaient un air pimpant au site ont un désormais un aspect triste et sale.

E èaturu tei patuhia i te mau matahiti 80 ra ia au i te mau hohoà faaunaunaraa âua o tera rā tau.

Na mua aè, e patu iti hàehaa noa ia ta te taata i faaòhipa na ei pārahiraa aore rā ei tiàraa na te taureàreà ia hinaaro i te naue i roto ia Vaimā.

Le Peuple de Vaimā

A Vaimā, pour peu que l’on y prête attention, il est possible de faire de belles rencontres, à commencer par les représentants les plus remarquables  de la faune aquatique , les magnifiques anguilles qui évoluent dans cette eau pure au milieu des petits poissons. Elles animent le bassin de la source de leurs mouvements gracieux et sont les vedettes incontestées d’un rituel immuable.

Ces étonnantes créatures dont le cycle de reproduction reste encore un grand mystère pour les chercheurs comme le déclare ce spécialiste du CRIOBE sur Polynésie la Première.

A Vaimā, elles sont cependant faciles à approcher, en effet, habituées à la présence humaine, elles nagent sans crainte au milieu des baigneurs, lorsqu’elles ne sont pas en train de se reposer sous les grosses pierres entourant les  résurgences. Elles n’hésitent pas à sortir de leur cachette quand on essaie de les attirer avec un peu de nourriture. Certaines d’entre elles ont une taille impressionnante et viennent jusque dans la main des visiteurs ou leur caresser les jambes en passant.

Photo d'une anguille à Vaima
Photo de la faune aquatique à Vaima

Les plus grosses d’entre elles appartiennent à l’espèce Anguilla Marmorata et ont élu leur résidence dans le bassin de la source et il n’est pas rare de les voir évoluer sans crainte au milieu des baigneurs amusésL’écrivain Ariirau Richard Vivi, fervente admiratrice de ce lieu magique, fait le récit d’une rencontre étonnante avec un dénommé Joseph dans « Te taata e te puhi » dans un article publié sur Tahiti Infos.

Ia tomo tātou i roto i te haapahuraa pape o Vaimā, e rave rahi mau puhi paa  e àu haere na rōpū i te âvae o te mau taata hopu. Te rahiraa o te taime e faaea noa rātou i roto i te tahi âpoo iti i raro i te mau ôfaì . Ia  paruhia ra i te māa, i reira ia rātou e pipiha mai ai i rāpae ma te haere –roa- mai e àmu i te māa i roto i te rima taata. E mau puhi rata roa teie, na rātou e tāmā i te tahora pape. E parau rahi to te mau puhi, aita ā te mau àivānaa i ìte atu ra i hea rātou e fanau ai i ta rātou mau fanauà, te mea pāpū, ia tae i te hoê tau, e faaruè rātou i te mau ânavai no te faahee i roto i te miti i te tahi vāhi ātea ìte-òre-hia  no te  ôfaa i ta rātou mau fanauà.

Photo des poissons de Vaima

Ces gardiennes de la source cohabitent avec les nato,  ces petits poissons  d’eau douce aux écailles argentées de l’espèce des Perches  protégés par la règlementation locale et font l’objet d’un rāhui. Des harehare, juvéniles de pāàihere, ces poissons de lagon de l’espèce des caranguidés, remontent jusqu’à la source et se mêlent aux autres espèces de la faune aquatique.

Cependant des petits poissons d’aquarium y ont été introduits depuis quelques années déjà et se sont bien adaptés au milieu aquatique de Vaimā bien que leur territoire se limitât au cours de la rivière situé entre la source et le pont.

E ite-atoà-hia te tahi tau nato mā te harehare  e àu haere i rotopū i te mau puhi, e ià pāruruhia te nato e te ture o te rāhui. Tau  matahiti i maìri ua fā mai te hoê ià iti māreàreà, mai te huru ra e ua faaruè-hia- paha i roto i te ânavai e te rātere, a àere atu ai. No teie mau mahana te vai varavara noa ra tera ià, eiaha rā ia rahi roa atu, a riro ta tātou mau ià tumu i te morohi.

Dames chevrettes font bien entendu  parties du décor, la règlementation en vigueur les protégeant des contrevenants irrespectueux, mais elles restent bien souvent dissimulées dans les racines de pūrau qui foisonnent sur la rive gauche de Vaimā.
E ôura pape, oihaa, ôn
ānā, te taponiponi nei i roto i te aa pūrau e tupu nei i te pae o te tahora pape. E mea rāhui-atoà-hia te ôura ia au i te faaòtiraa a te ture fenua.

De très bon matin, il n’est pas rare de voir une aigrette sacrée grise voler au- dessus de l’eau ou parfois se poser sans bruit sur une pierre, pour guetter la surface de l’eau et capturer les crabes ou gobies dont ils fait son repas quotidien.
Ia avatea, e ìte atoà–hia te tahi ôtuu m
ārehurehu e rere na nià aè i te pape, ma te tau i nià i te tahi ôfaì e àraaraa nei i roto i te tahora no te moemoe i te ìnaì huru rau.

L’œil attentif qui s’attarde sur les pierres peut y observer des petits gastéropodes qui viennent y déposer leurs œufs. E ìte-atoà-hia te tahi huru pūpū e nee i nià i te mau ôfaì no te ôfaaraa i ta ratou mau huero.

Photo d'une Aigrette sacrée

La Végétation Environnante

La grande source de Vaimā jaillit au pied d’un mara remarquable dont les racines baignent en permanence dans l’eau fraiche. Il n’est pas rare d’y trouver logé dans un petit creux de son tronc longiligne, des fleurs ou des couronnes de tiare tahiti, déposées là  en offrande par des amoureux de Vaimā, en remerciement de ses bienfaits et son inaltérable pureté.

Les rochers volumineux bordant le  bassin et les nombreuses pierres garnissant le lit et la rive droite, occupent un espace prépondérant à Vaimā. Leur aspect sombre et massif, leur imposante immobilité et l’énergie qu’il dégagent ajoute au caractère intemporel de la source.

Cependant, la végétation luxuriante: fougères, herbacées, plantes indigènes et plantes introduites qui croissent de manière naturelle et harmonieuse autour du bassin et tout au long de la rivière, confèrent au paysage un contraste rehaussé par une palette de vert émaillé durant leur période de floraison par les fleurs des ôpuhi blanc, ces plantes de l’espèce du gingembre qui exhalent un parfum suave et envoutant que les tahitiennes aiment à accrocher à leur oreille et à leur chevelure.

Dans une offrande rituelle quotidienne, les tumu pūrau croissant sur la rive gauche  de la rivière daignent une fois par jour se séparer de leurs belles fleurs jaunes qui flotteront au gré de l’onde, s’échoueront sur les pierres de la dernière retenue d’eau près de l’embouchure pour finir leur course dans le lagon.

En amont du petit pont, la présence de plantes aquatiques invasives qui ont élu domicile dans la rivière  telles les jacinthes d’eau et des Elodées du Brésil gagnerait à être maitrisée car elles réduisent l’espace et donnent un aspect sombre et rebutant au lit de la rivière.

L’eau passe ensuite sous le pont pour rejoindre la mer, les visiteurs s’attardent sous un magnifique àuteraa qui étend ses branches ombragées et garanti un peu de fraicheur aux cyclistes qui font une petite halte en passant.

Un arbre important pousse en aval du pont, il intéresse particulièrement ceux qui connaissent son rôle dans la pharmacopée tahitienne: c’est le Tou dont les branches portent souvent les stigmates des prélèvements d’écorce; c’est un arbre cher aux herboristes tahitiens qui s’en servent pour soigner de nombreuses pathologies. Celui-ci en l’occurrence est très aussi apprécié  pour l’ombre qu’il génère au- dessus de la rivière. Il fait face à un Hotu et tous deux contemplent impassibles les ablutions de la faune quotidienne des habitués qui fréquentent Vaimā.

L’Homme

Vaimā est une halte quotidienne pour la pause- déjeuner des livreurs de marchandise de la presqu’île, une expédition pour les fêtards à la recherche d’un dégrisement après une nuit bien arrosée, un stop rapide sur le chemin du retour pour ouvriers accablés par la chaleur, pour amateurs de bain pris à la sauvette.

Photo de déchets au bord de la route à Vaima

Pour ceux qui viennent squatter le petit espace vert près du parking avec femmes et enfants le week- end, Vaimā est un lieu de détente familial, gratuit. Tout ce petit monde y a progressivement manifesté sa présence en laissant ses empreintes au fil du temps y aménageant trois retenues d’eau suffisamment profondes pour se baigner et profiter des bienfaits de la rivière.

Hélas, du fait de la très grande fréquentation des bains de Vaimā, il n’est pas rare de trouver au lendemain des jours fériés ou des longs week- end, des amoncellement d’ordure que les visiteurs n’ont pas eu l’obligeance de rapporter chez eux.

Les visiteurs qui ont la journée devant eux, en particulier ceux qui font un tour de l’île d’Est en Ouest et désirent faire une halte fraicheur, se baignent de préférence en amont du pont.

Là, les amateurs de  pureté qui recherchent une connexion directe avec l’élément Terre, remontent jusqu’au bassin de la source principale à la recherche de son énergie puissante.

Souvent en fin de semaine, ils doivent attendre leur tour durant de très longues minutes avant d’avoir la possibilité d’accéder à la résurgence occupée par des baigneurs installés sur les sources pour papoter entre amis. Les plus déterminés d’entre ces adeptes préfèrent donc se rendre très tôt le matin pour profiter  de la solitude des lieux, dialoguer avec la nature, observer le lever du jour en toute tranquillité. Les frileux préfèrent attendre les heures chaudes de la journée pour plonger dans ce bain glacé dont la réputation est un peu ternie par la présence de consommateurs de boissons alcoolisées et de musique assourdissante en fin de semaine  et ce, malgré l’affichage d’un panneau règlementant le site.

Panneau de réglementation à Vaima

Jadis, cette rivière préservée et respectée par la population locale de Mataiea était uniquement fréquentée par les  riverains de Vaimā dont les habitations n’avaient pas d’eau courante. Les rivières ne manquant ni à Vaiùriri ni à Vaiari, les gens se rendaient en général au cours d’eau le plus proche de leur lieu de résidence pour y puiser l’eau pour la cuisine, l’eau de boisson, se baigner et faire sa lessive.

Vaimā par la suite est devenue une halte incontournable pour le truck qui amenait les fêtards au « tour de l’île » du 1er janvier. Une expédition collective qui réunissait familles et amis, voire des districts entiers dans une bringue mémorable qui s’arrêtait invariablement à Vaimā, le temps d’une pause, d’un bain, d’un dégrisement et ensuite tout ce petit monde repartait pour terminer le tour de l’île en chanson et la rivière retrouvait sa tranquillité.

A partir des années 60, avec l’accroissement du niveau de vie et l’augmentation du parc automobile de Tahiti, les particuliers ont commencé à affluer à Vaimā durant les jours de repos, le samedi et le dimanche, les jours fériés, les vacances, puis tous les jours de l’année et à n’importe quelle heure du jour. A cette époque là, il fallait marcher dans le lit de la rivière avec de l’eau arrivant à la ceinture pour parvenir à la source en se frayant un chemin au milieu des jacinthes d’eau et à contre-courant, ce qui demandait beaucoup d’efforts physiques et décourageait les visiteurs qui se contentaient bien souvent de se baigner près du pont.

Dans les années 80, durant la magistrature de Milou Ebb, tāvana de Teva I Uta, un muret de parpaings fut érigé en amont du pont, sur la rive droite de la rivière depuis le bord de la route jusqu’aux deux bassins aménagés au pied de la montagne. Cette décision changea radicalement le devenir de Vaimā qui depuis ce jour là, accueille un public toujours plus nombreux venant de tous les horizons géographiques et socio-économiques : familles nombreuses, garderies d’enfants, centres de vacances, retraités, chômeurs, malades, guérisseurs, promeneurs, touristes, méditants, dresseurs d’anguilles, dresseurs de pierres et oisifs. Par grosse chaleur, c’est une foule nombreuse qui s’installe parfois pour la journée, occupant l’espace libre avec leur nécessaire à pique-nique. Les deux petites  aires de stationnement sont  saturées de voitures, le muret servant de chemin est encombré de gens assis qui déjeunent tout en surveillant leur progéniture s’ébattant dans l’eau, il faut enjamber leurs affaires posées çà et là  ou poser les pieds sur les pierres glissantes de la rivière pour accéder vers la source. Dans ces conditions, les personnes à mobilité réduite sont limitées à une zone située près du pont, envahie par les plantes d’aquarium et sans accès aménagé en relation avec leur handicap physique.

C’est un vrai bonheur de voir la population se baigner dans une eau pure, les enfants sauter dans le bassin et explorer avec un masque de plongée les cachettes des anguilles, transis de froid mais heureux, c’est une joie d’entendre leurs rires et leurs cris d’effroi d’observer les jeunes mamans ou les personnes d’un certain âge tremper leur corps alangui dans l’eau douce tout en discutant et prenant simplement le temps de vivre.

Importance Socio-culturelle

Le bain de rivière est une tradition du fenua, attesté dans certaines légendes, lieu de rencontre entre personnages importants et dulcinées complices, finissant généralement en histoire d’amour éphémère.

Le bain de rivière, de manière universelle, régénère, rend les gens heureux et insouciants. A ce titre, Vaimā par l’attraction qu’elle suscite auprès de la population tahitienne rempli parfaitement son rôle de bienfaitrice et de créatrice de lien social car on y va rarement seul, on se débrouille toujours pour partager ce plaisir avec une ou plusieurs autres personnes. Vaimā crée du lien entre les Hommes, elle le reconnecte avec un des éléments fondamentaux de la Vie.

Chacun vient à Vaimā parce qu’il en ressent le besoin au fond de son être, parce qu’il s’y sent bien et que cette eau lui apporte un bien-être physique et spirituel.

Vaimā la merveilleuse accueille la joie et les rires, entend les pleurs, Vaimā la guérisseuse fait oublier les problèmes et la tristesse, soigne les maladies et les blessures, apaise les doutes, purifie les toxines spirituelles et physiques, Vaimā la puissante distribue son énergie sans relâche, et même lorsque les derniers rayons de soleil éclairent l’horizon, et qu’elle peut enfin chanter dans le silence de la nuit, il s’en trouve encore  pour venir à la lueur de la pleine lune vivre des moments privilégiés en connexion totale avec le Cosmos et la Terre.

Vaimā est un espace de ressourcement bienfaisant et vital qui mérite beaucoup d’attention et de respect. Elle est une rivière très importante qui doit être préservée et honorée parce qu’elle fait partie de la Création parce que c’est un Don de Vie offert à l’Humanité par le Cosmos et un lieu de purification mythique.

En effet, selon l’analyse du poète, penseur et théologien protestant Turo a Raapoto publiée dans Te revaraa o te ià, Te parau o Terehēamanu, Vaimā  serait  l’eau dans laquelle la jeune Terehē  se baigna durant une période de restriction à Opoa Raiatea, brisant l’interdit qui provoqua  la colère du dieu et le départ du grand poisson Tahiti vers l’Est. D’après l’auteur, le bain de cette jeune fille dans l’eau de Vaimā aurait purifié toute l’île qui, libérée de son statut de poisson put enfin prendre un nouveau départ dans un ordre nouveau.

Ua rau te huru o te mau taata e tapae mai i Vaimā no te hopuhopuraa i to na pape : te mau taata faahoro pereoo uta taihaa i te taime faafaaearaa e tae noa atu i te mau taata e tapae rū noa no te tahi hopuraa òiòi e tae noa atu i te feiā rave òhipa e hoì mai nā Papeete ia oti te òhipa i te ahiahi. E mea pinepine hoì rātou i te hopuhopu i tai mai i te èà turu, àreà te mau rātere e tāpae mai i uta atu i te èà turu ra, no te tahi ia tere mātaìtaì aore rā hopuhopuraa maoro rii atu, mai te mau ùtuāfare i te mau taime faafaearaa haapiiraa, te mau taata i faatuhaahia, te mau taureàreà òhipa òre e ôvere hānoa; ua rau te tumu e tapae mai ai te taata i Vaimā, vētahi no te parauparau i te mau puhi, aore rā no te fiu i te faaea i te fare. Ua riro atoà rā te ânavai o Vaimā ei vāhi inuraa àva i te mau ahiahi mahana pae, mahana māa, mahana òhipa òre, na to Tahiti. O Vaimā te vāhi maitaì no te taatoàraa, te mea faufaa ia faaturahia, e, ia pāruruhia. Ia au i te tatararaa a Turo a Raapoto i piahia i te matahiti 2004 i roto i te puta Te revaraa o te ià Tereheāmanu i te mau àpi 72/24 , mai te mea ra, o Vaimā te pape hopuraa a te potii ra o Terehē i hara ai o ia i mua i te atua  e mai roto mai i to na  ôfatiraa i te tapu i tere mai ai te ià ra o Tahiti i Hiti nei. Teie te tahi  tau rēni o ta na pāpaìraa  àpi 73/74:

« Te tahi manaò e tano ia tāpeà mai no teie vai i reira to Terehē hopuraa, oia o Vaimā, teie ia: ia òre te taata ia tāmā ia na, ia òre ia tāmā i to na mau viivii, e faaea ià noa te fenua. I Vaimā i mā ai te parau o Tahiti ei ià, ia tāmā a o Tahiti ia na, e ìte ai o ia i te auraa o to na parau. »

Propositions pour Vaimā

Les usagers caressent l’espoir que le Pays aménage le site de Vaimā afin que toute la population puisse le fréquenter dans des conditions d’hygiène et de sécurité élémentaires.

Vaimā est un lieu qui accueille des centaines de visiteurs par jour et ce chiffre peut doubler ou tripler en fin de semaine et il est désolant de les voir assis sur le muret de la rive droite, poser leurs vêtements et leur pique-nique là où ils trouvent de la place, se changer derrière leurs véhicules si ce n’est au vu de tous, et de faire leurs besoins cachés dans la brousse comme des animaux. Lorsque les sites récréatifs tels que le Mahana Park de Paea , la Pointe Venus à Mahina, la plage du PK18 à Punaauia et d’autres parcs situés dans les Communes de Tahiti et Moorea ainsi que tous les sites touristiques de Tahiti possèdent des espaces aménagés avec tables et bancs pour le pique -nique, des toilettes et  des douches, des aires de stationnement, des accès pour personne à mobilité réduite, un gardien et du personnel d’entretien, est-ce trop demander que d’apporter le même interêt au peuple de Vaimā ?

           RESPECTONS CE LIEU POUR LE BIEN ETRE DE TOUS !

           A FAATURA ANAÈ IA VAIMĀ NO TE MAITAÌ O TE TAATOÀRAA